Le rapprochement intersectoriel : une approche intégrée en faveur de la réduction des émissions

À travers le monde, les gouvernements s’engagent de manière active dans la réduction des émissions de carbone et cherchent des alternatives aux combustibles fossiles pour répondre à nos besoins énergétiques quotidiens. L’utilisation de l’hydrogène pour remplacer les combustibles à base de carbone présente des avantages non négligeables à l’échelle mondiale et locale : limiter les émissions de carbone nocives pour le climat et améliorer la qualité de l’air locale dans les zones urbaines en supprimant les émissions de particules et de gaz NOx.

La production de l’hydrogène nécessaire à cette décarbonation mondiale a également un impact positif pour l’environnement. À l’heure actuelle, la plus grande partie de la production mondiale d’hydrogène est issue de processus industriels consommant des combustibles fossiles. Mais l’UE, par exemple, s’est fixée pour objectif de réduire les émissions de carbone de 95% à l’horizon 2050. Une réponse importante à la création d’un combustible sans émission sera l’hydrogène « vert », qui est produit à partir de sources durables comme les parcs éoliens et les installations solaires.

Le rapprochement intersectoriel : qu’est-ce que c’est ?
Les quatre principaux secteurs d’activité dans lesquels la consommation de carbone doit être réduite sont la production d’énergie, l’industrie, le transport et le chauffage. Le rapprochement intersectoriel est une approche intégrée dans laquelle un transfert de la production d’énergie renouvelable s’opère efficacement entre ces secteurs. Cette approche intégrée est nécessaire pour tirer le meilleur profit du potentiel de l’hydrogène, en permettant le transfert de l’énergie d’un secteur à l’autre et ainsi, la décarbonation complète de ces secteurs-clés.

À titre d’exemple, pour une intégration complète des énergies renouvelables, il est possible de convertir l’électricité en provenance des parcs éoliens, des parcs solaires et des centrales hydroélectriques en gaz hydrogène selon un procédé électrolytique. L’eau est séparée en hydrogène et en oxygène grâce à l’électricité. Ce gaz hydrogène peut ensuite être stocké en toute sécurité dans des réservoirs de stockage sous haute pression, comme ceux de la gamme fabriquée par NPROXX. Il est ensuite transporté vers des stations de ravitaillement et utilisé comme carburant pour des voitures de tourisme, des bus de ville ou des véhicules utilitaires lourds. Cet exemple souligne de quelle manière l’hydrogène peut capter et transférer efficacement l’énergie d’un secteur vers un autre.

Il existe beaucoup d’autres domaines dans lesquels l’hydrogène peut être utilisé à la place des combustibles fossiles. Dernièrement, de nouveaux développements technologiques ont rendu possible l’absence totale d’émissions dans le secteur maritime. Beaucoup de pays poursuivent cet objectif. Par exemple, le premier ferry à hydrogène est actuellement en construction en Écosse afin de permettre le transport régulier climatiquement neutre de 120 passagers et de 18 véhicules vers les îles Orcades. Dans les villes portuaires, l’utilisation de l’hydrogène pour le ravitaillement à quai des navires va commencer à jouer un rôle de plus en plus important. Tous ces progrès technologiques nécessiteront dans l’avenir une approche de type ‘rapprochement intersectoriel’.